Focus : Une université de culture

Université de culture

L’UCLouvain a posé le choix fort d’être une université de culture, c’est-à-dire une université qui inscrit la culture au cœur même de son identité. Pour mettre cette politique en œuvre, le conseil rectoral a intégré depuis 2014 un référent culture qui est en relais avec l’équipe multisite et particulièrement dynamique d’UCLouvain culture. Cette équipe développe un programme culturel en collaboration avec de très nombreux acteurs comme le Musée L, l’Aula Magna, l’Atelier Jean Vilar, la Ferme du Biéreau, la chorale Universitaire, Arte-Fac, Wolubilis, l’orchestre symphonique des étudiants, les Musées de Mons ou le Mundaneum. La vingtaine de kots-à-projets qui portent une dimension culturelle contribuent très largement au déploiement de cette dynamique. Le fonds de développement culturel permet de soutenir des projets portés par des facultés, par des membres du personnel ou par des kots-à-projets. Le conseil pour la culture, dont la gouvernance a été simplifiée, rassemble les secteurs, les différents corps et les étudiant·es. Le conseil poursuit la politique culturelle de l’UCLouvain dont la dimension multisite s’est amplifiée ces dernières années. La mineure en culture et création a inscrit la culture dans la formation universitaire.

Pour aller plus loin, je propose de renforcer nos collaborations avec les hautes écoles qui œuvrent dans le secteur de la culture mais aussi avec les conservatoires et la chapelle musicale Reine Elisabeth, en mobilisant entre autres le statut PEPS artiste, et en concertation avec le conseil pour l’enseignement et la formation. Le fonds de développement culturel soutient des projets dont certains sont portés par nos instituts de recherche. Pendant ces cinq dernières années, l’UCLouvain a apporté son soutien budgétaire à de nombreuses activités comme, par exemple, l’exposition photographique « Habiter le campus » dans le cadre de la saison culturelle « Habiter le monde ».

L’université a développé des infrastructures significatives. Le Musée L, qui a reçu plus de 30 000 visiteurs dès sa première année de fonctionnement et dont la reconnaissance à un niveau supérieur par la FWB pourrait amener de nouveaux moyens financiers, a montré comment on peut vivre la culture autrement et faire d’un musée un lieu d’affirmation d’une université ouverte sur sa ville, mais aussi ouverte à des formes de culture métissées (dialogue des collections, dialogue arts et sciences). Les partenariats avec les institutions culturelles belges sont forts et amenés à se développer. Ces collaborations porteuses peuvent être élargies à l’international grâce au soutien de nos mécènes et de nos docteur·es honoris causa.

Pour porter la priorité que constitue la culture à l’université, je propose de renforcer le rôle du référent à la culture et des référents de sites officiellement reconnus, qui accroissent notre souplesse institutionnelle grâce à des interactions directes et régulières avec le conseil rectoral. L’université de culture contribue à faire rayonner notre institution et à enrichir notre bagage à tous. Les programmes en culture et création contribuent à élargir les horizons et à effacer des clivages. La carte culture, 12 euros pour une tonne de cadeaux, ouvre les portes des théâtres, cinémas, concerts aux étudiant·es, que ce soit à Bruxelles, à Louvain-la-Neuve, à Namur, à Mons, à Charleroi ou à Tournai. Après analyse et concertation avec les acteurs, je m’engage à offrir la carte culture, actuellement payante, gratuitement à toutes les étudiantes et tous les étudiants de l’UCLouvain.

Légende : Alex Beyer, lauréat du concours Reine Elisabeth, entouré de membres de la communauté universitaire, était un de nos invités en 2018 dans le cadre du projet L’Université en dialogues. Diplômé de l’Université de Harvard dans un programme conjoint avec un conservatoire de Boston, il nous interroge sur la possibilité qu’un tel programme puisse être organisé entre l’UCLouvain et le conservatoire de Bruxelles ou de Namur.